Votre Papeauté, M. LE Pape,

Veuillez excuser mon manquement probable au protocole, que vous pardonnerez d’autant plus que (rayez les mentions inutiles) :
a- Vous me pardonnez car je ne sais pas ce que je fais (cf. Luc 23,34)
b- Vous ne lirez probablement pas un mot des lignes qui vont suivre (ou en comprendrez peu de choses ; étant peu familière avec votre langue maternelle je prends la liberté de m’exprimer dans la mienne).

Après un article ÉDIFIANT au terme duquel vous semblez attaquer nos manuels scolaires, je me dois de vous adresser ce billet avec une certaine amertume. En effet, c’est lisant que ces dits manuels attaquaient la famille et le mariage en promouvant la grande méchante « Théorie du genre », que je me suis vue, non dans le devoir(1)car il est rarement du devoir d’une femme de l’ouvrir, même en 2016 (et surtout lorsqu’on est catholique) , mais dans l’ego-nécessité de répondre à pareille énormité (sauf votre respect, bien sûr).

La question essentielle ici est de savoir en quoi élever ses enfants en leur apprenant qu’ils pourront choisir leur voie et leur vie menacerait la famille. De nos jours, mourir sous les coups de son conjoint détruit plus de familles que d’apprendre à des enfants que les hommes et les femmes ont les mêmes droits, la même intelligence, la même bêtise aussi. Et que cette bêtise ne dépend, ni de la foi qu’ils défendent, ni de la couleur de leur peau, ni de leurs caractéristiques génétiques.(2) Mise à jour du 16/10/2016 :je vous invite à lire l’article du Huffington Post sur ce qui est réellement enseigné au lycée : http://www.huffingtonpost.fr/2016/10/16/voila-comment-les-profs-de-svt-abordent-la-soi-disante-theorie-du-genre/

Apprendre à une femme qu’elle pourra devenir astronaute si elle choisit le bon cursus n’en fera pas une mauvaise mère, ni une lesbienne en puissance(3)même si choisir sa sexualité est une liberté fondamentale.
De même qu’un homme qui cuisine et travaille à mi-temps ne fera pas grossir le pourcentage d’adultes transgenres.
Certains prendront la liberté de ne pas fonder de famille, ce qui, alors que nous sommes pas loin de 9 milliards d’individus sur cette planète, fera certes quelques catholiques de moins, mais épuisera moins de ressources.

À aucun moment, dans la fameuse théorie du genre, qui n’existe pas plus que… Le Père Noël ?(4)Si Saint Nicolas a existé, historiquement parlant, la version vintage inventée par *marque déposée*, non, sauf pour qui entretient le mythe. Et dans un sens, entretenir le mythe d’une « Théorie du genre » la fait exister.
À aucun moment, donc, dis-je, il n’est question de détruire le mariage. D’ailleurs, vous remarquerez que nous l’avons civilement ouvert à tous.

Mais si la théorie du genre consiste à promouvoir l’égalité entre tou(te)s les citoyen(ne)s, quel que soit leur sexe, genre, ethnie, nationalité, ou religion, alors c’est une théorie qui pourrait bien nous mener à une paix universelle que vous, c’est probable, et moi-même, c’est indéniable, chérissons.

Car au final, que défendez-vous ? Comment se fait-il qu’il soit plus important pour vous de sauver « une certaine idée de la famille », qui ne correspond plus à grand chose dans la réalité, plutôt que d’en protéger les membres ? Comment peut-on encore éprouver de la Miséricorde et ouvrir les portes du Paradis à ces prêtres, qui se disent catholiques, et détruisent l’enfance et l’innocence d’enfants qui leur ont fait confiance ? Comment peut-on reprocher à une mère d’avoir protégé son enfant et en justifier l’excommunication, parce qu’au final, à vos yeux, un viol est moins grave qu’un avortement ?
Au travers de vos interventions, la religion catholique a détruit plus de vies qu’elle ne semble vouloir en protéger. Il serait peut-être temps de prendre position sur de vrais problèmes.

Car il est indéniable que plus de femmes, catholiques ou non, sont mortes sous les coups de leur époux que n’en tueront jamais aucun manuel scolaire… Et il faut bien en convenir, plus d’enfants verront leur enfance détruite par des monstres que par des manuels scolaires…

Je vous prie d’agréer mes salutations distinguées.

Une athée pratiquante
qu’un baptême et deux communions
n’ont pas convaincue de rester dans le troupeau.

Notes   [ + ]

1. car il est rarement du devoir d’une femme de l’ouvrir, même en 2016 (et surtout lorsqu’on est catholique)
2. Mise à jour du 16/10/2016 :je vous invite à lire l’article du Huffington Post sur ce qui est réellement enseigné au lycée : http://www.huffingtonpost.fr/2016/10/16/voila-comment-les-profs-de-svt-abordent-la-soi-disante-theorie-du-genre/
3. même si choisir sa sexualité est une liberté fondamentale
4. Si Saint Nicolas a existé, historiquement parlant, la version vintage inventée par *marque déposée*, non, sauf pour qui entretient le mythe. Et dans un sens, entretenir le mythe d’une « Théorie du genre » la fait exister.