Tu devrais prendre soin de toi. Tu … [ajouter la goutte d’eau qui fait déborder le vase la plus courante :  » as l’air fatiguée », « tu serais tellement jolie si… », « regarde-toi, tu ressembles à »… etc. ]

Au chapitre des réflexions désobligeantes récurrentes, cette curieuse habitude de reprocher à une femme « de ne pas prendre soin d’elle » lorsqu’elle a juste renoncé à investir dans le maquillage ou dans un uniforme de fashion victim, voire quelquefois lorsqu’elle a pris quelques kilos, fait perdurer cette idée qu’une femme doit toujours s’attacher à sa propre apparence pour « prendre soin d’elle ».

Nul ne fera ce reproche à un homme, ou rarement, car un homme qui prend soin de lui est, dans l’inconscient collectif, un homme qui s’est lavé… Ou fait du sport régulièrement. Comme si l’hygiène n’était obligatoire que pour les femmes, alors que nous sommes souvent gré aux individus, hommes ou femmes, qui ont pris leur douche, en particulier dans les transports en commun.

Chez les femmes, la nécessité idéologique de paraître, et d’être la plus belle possible, est tellement bien ancrée et tellement bien martelée par des générations de marketeurs et publicistes tou(te)s plus sexistes les uns que les autres, eux/elles-mêmes élevés aux manuels « de la parfaite ménagère de moins de 50 ans », que ce sont souvent des femmes qui adressent ce genre de coup de poignard déguisé en bon conseil de la catégorie « mais c’est pour ton bien ».

Pourtant, une femme qui fait l’impasse sur un ravalement de façade quotidien peut avoir trouvé d’autres moyen de prendre soin d’elle : le sport, la lecture, les activités intellectuellement stimulantes et satisfaisantes, etc. Car après tout, prendre du temps pour soi sur une chaise longue avec un bon bouquin et un verre de vin (ou de jus de fruit), c’est également prendre soin de soi. Et c’est de plus en plus rare lorsque les enfants font leur apparition. Le temps pour soi est finalement plus important que ce qu’on est censé en faire

Et prendre du temps pour soi, c’est prendre soin de soi, qu’on décide de le passer en séances de torture chez l’esthéticienne, ou en visites de musée. À titre personnel, la dernière fois que j’ai eu droit à ce type de remarque, j’ai répondu : « mais je prends soin de moi, je me suis acheté deux bouquins cette semaine. »

La suite au prochain épisode…