Il était une fois, dans l’Est (de Paris), la ligne P…

Cette ligne accumulait retards et problèmes techniques, à tel point que ses usagers voyaient les semaines sans incidents comme de petits miracles n’annonçant rien de bon pour la suite. Mais qu’allaient-ils donc faire dans cette galère, dirait-il ?

Figurez-vous qu’à cette heure, dans ce train, qui vient d’accumuler 40 minutes de retard… Je rêve, après mes 8 heures réglementaires, de profiter enfin du calme serein du doux foyer, qu’il fallait bien choisir aussi lointain pour ne pas avoir à le rembourser en trois générations.
Nous sommes quelques milliers à emprunter cette ligne avec assiduité deux fois par jour pour les mêmes raisons. Et chaque jour nous prions Saint STIF de bien vouloir nous faire arriver à l’heure.

Mais de toute évidence Saint STIF ne semble savoir gérer, ni les budgets, ni les transports, ni le choix des trains…